Industrie

Malgré la crise, Votat se tourne vers l'industrie 4.0

À Pont-Sainte-Maxence, Votat c'est 145 ans de savoir-faire dans la découpe de pièces métalliques. Une histoire que la Covid-19 n'a pas réussi à ébranler. La solidarité et le dynamisme de son nouveau dirigeant permettent désormais de penser à l'avenir. Grâce au plan France Relance, la subvention de 775 000 euros propulse l'entreprise vers le 4.0.

Philippe Marillaud fait face à la crise.
Philippe Marillaud fait face à la crise.

Créée en 1875 à Pont-Sainte-Maxence, Votat est une entreprise familiale à taille humaine spécialisée dans la mise en forme de pièces métalliques en grandes et moyennes séries à destination des industrie de process (dans les secteurs de l'automobile, le médical ou encore la construction). Un savoir-savoir très précis puisque Votat maîtrise la chaîne de la fabrication, au découpage à l'emboutissage en passant par le formage, le pliage, le poinçonnage et le cisaillage. Un savoir-faire aussi local qui fait de l'entreprise un fleuron industriel du territoire.

Quand en juillet 2019, Philippe Marillaud - ex-directeur du groupe Auréa (recyclage des métaux) - reprend cette entreprise il se projette déjà dans l'industrie 4.0. Mais la crise de la Covid-19 a mis entre parenthèse ces projets... sans abattre ce nouveau président. « L'entreprise a traversé trois guerres mais cette crise a été particulière. Nous avons subi des perturbations des flux et des modèles dès le début de la crise. Mais le collectif a montré la capacité de l'entreprise à continuer son développement », livre Philippe Marillaud confiant que l'entreprise a perdu entre 8 et 10% de son chiffre d'affaires l'année dernière. En 2021, l'année s'ouvre sur un bel avenir : l'innovation, la numérisation, la modernisation, la diversification - avec une note sociétale et environnementale - ancrent Votat dans l'industrie de demain. « C'est ça l'industrie : le collaboratif. Et grâce à cette dynamisation, l'industrie recrute, précise  Éric Maillet, président de l'UIMM Picardie. Créer un cercle vertueux, c'est un des objectifs de l'industrie. »

775 000 euros pour redynamiser l'entreprise

Et le plan de Relance du Gouvernement est une belle opportunité pour cette PME, lauréate du "fonds de soutien à la modernisation de la filière automobile". « Le Covid-19 est révélateur de l'état de santé de notre industrie », résume Corinne Orzechowski, préfète de l'Oise, venue visiter cette PME. Grâce à cette subvention, Votat fera l'acquisition de nouvelles machines de découpe et de pliage de dernière génération et appuiera davantage sur la digitalisation de ses processus dont l'objectif est d'optimiser la compétitivité et la performance opérationnelle de l'entreprise. Elle se dirige également vers la diversification notamment vers la production de sous-ensemble pour réaliser des pièces métalliques découpées à forte valeur ajoutée. Et enfin, la performance énergétique fait partie des plans d'avenir de Votat. « C'est une nouvelle dynamique pour l'entreprise. Ce projet va pouvoir se faire en deux ou trois ans alors que nous l'avions prévu en cinq ou six ans », confie Philippe Marillaud. Mais Votat ne part pas de loin, elle était déjà innovante avant la crise : par exemple, elle pré-conçoit des outils grâce à la modalisation en 3D au sein de son bureau d'étude. « C'est une chance pour le territoire d'avoir une entreprise résolument tournée vers l'avenir », a commenté de son côté Arnaud Dumontier, maire de Pont-Sainte-Maxence.

DSC-0102.jpg
La préfète Corinne Orzechowski, le maire de Pont-Sainte-Maxence, Arnaud Dumontier et Éric Maillet, président de l'UIMM Picardie ont visité Votat.


Votat en 2020 :

- Emploie 40 personnes.

- Découpé 2 500 tonnes de tôles.

- Fabrique 16 millions de pièces.

- Réalise 6 millions de chiffre d'affaires.