Innovation

AtmosGear invente les premiers rollers à assistance électrique

Animés par les mouvements du patineur, les rollers d'AtmosGear proposent une mobilité douce et urbaine pour les débutants mais aussi pour les plus aguerris grâce à leur assistance électrique. Alors qu'il n'avait qu'une dizaine d'années, Mohamed Soliman a réussi à réaliser son rêve, aujourd'hui âgé de 24 ans. Incubé chez Iterra à Compiègne, il ambitionne de lancer la fabrication de ses rollers fin 2022.

L'AtmosTeam avec Mohamed Soliman, le fondateur, au centre. (c)AtmosGear
L'AtmosTeam avec Mohamed Soliman, le fondateur, au centre. (c)AtmosGear

« Fais de ta vie un rêve, et d'un rêve une réalité ». Saint-Exupéry, dans ses cahiers, le conseillait pour vivre pleinement sa vie. S'il faut du courage pour réaliser ses rêves, c'est bien la détermination qui a guidé Mohamed Soliman. Sa devise ? « Si on se donne les moyens, on y arrive ». À 24 ans, il a réalisé son rêve : créer des rollers à assistance électrique avec sa société lancée en 2020, AtmosGear, accompagné d'un stagiaire en conception mécanique, d'un autre en système embarqué et d'un ami d'enfance pour la partie Web.

Cette équipe a réussi à mettre en œuvre des rollers qui, grâce à une télécommande, possèdent une assistance électrique. La patineur peut ainsi gérer son parcours... ces rollers deviennent un réel moyen de se déplacer avec leurs 30 kms d'autonomie. La batterie, quant à elle, se recharge en une à deux heures. « L'assistance électrique est un vrai défi technologique, explique Mohamed Soliman, qui a demandé le brevet de son innovation à l'Inpi. Les rollers sont équipés de freins régénératifs, le patineur les recharge en descente. L'avenir du produit sera aussi de proposer une recharge durant le patinage mais cela demande beaucoup de R&D et d'autres composants. »

La version 1 de ces rollers a été créée en 2018, et la version 5 - et la définitive - sera prête mi-août. Les rollers AtmosGear seront dévoilés pour la première fois lors du festival marseillais Delta (du 27 au 29 août), Mohamed Soliman représentera la Picardie au pôle « Porteurs de projet ». La suite ? Cet automne, l'équipe lancera la fabrication d'une pré-série de dix paires de rollers pour créer des zones de tests. « L'objectif est de faire tester les rollers aux usagers pour avoir un retour et les faire connaître notamment dans le monde du roller qui est une forte communauté », explique-t-il. En mars 2022 est prévu le lancement des pré-ventes des 100 premiers rollers sous la forme du financement participatif... pour un début de fabrication fin 2022/ début 2023 en France et à l'international.

Se déplacer en toute liberté

Si les rollers sont dotés d'une technologie avancée, AtmosGear ambitionne de faire de ses rollers « un objet de déplacement quotidien accessible à tous » sans pour autant bousculer le marché du roller déjà en place. « On ne se voit pas comme des concurrents des rollers, confie Mohamed Soliman. Mais comme une équipe qui apporte une nouveauté, une innovation dans ce marché. » Et cette innovation a une histoire. Alors qu'il avait une dizaine d'années, il est subjugué par un manga dans lequel le personnage principal se déplace en rollers électriques. « Je me suis dit que c'était incroyable, j'étais ébloui, se rappelle-t-il. Je me suis dit que c'est ça que je voulais créer et depuis ce moment j'ai voulu créer mon entreprise. Mais il a fallu beaucoup de patience ! ».

La patience lui a été utile, même révélatrice. Son rêve d'enfance se concrétise. Étudiant, il intègre l'Université technologique de Compiègne et suit le parcours « Entrepreneurial élite » et devient un étudiant-entrepreneur. La formation lui a donné les armes pour être un entrepreneur de demain grâce au coaching et à l'accompagnement financier. Après avoir passé le concours de projets innovants de l'UTC, il obtient la DIDT qui lui octroye un financement de 1 500 euros et lui a permis de réaliser son premier prototype. Ce dernier a convaincu, il a ensuite reçu la labellisation et obtenu 7 000 euros. « C'est ce qui m'a lancé, raconte-t-il. Grâce à ce financement j'ai créé les cinq versions des rollers, j'ai acheté du matériel et j'ai déposé un brevet. » Au-delà du financement, sa formation lui a permis de travailler la R&D et de participer à des réflexions étudiantes. Diplôme obtenu, il intègre l'incubateur ITErra à Compiègne grâce auquel il obtient le Fonds régional d'investissement (FRI) à hauteur de 10 000 euros. Il peut ainsi fabriquer ses dix premières paires de rollers à assistance électrique.

Cette démocratisation du roller est une première... une nouvelle mobilité va-t-elle se répandre ? En attendant, Mohamed Soliman croit en son projet et veut faire de l'avenir des rollers électriques, des rollers accessibles pour une mobilité urbaine rapide.