Collectivités

Le groupe Tereos s’implante en Transylvanie

Le groupe Tereos s’implante en Transylvanie

Le quatrième groupe sucrier mondial, qui est né dans l’Aisne, a acquis récemment la sucrerie de Ludus en Roumanie. L’usine, située dans une petite ville transylvanienne (au nord-ouest de la Roumanie), fait travailler 500 planteurs. Le groupe Tereos conforte donc son implantation dans un pays de l’Europe orientale en croissance, un pays ouvert sur la mer Noire, membre de l’Union européenne mais pas encore de la zone Euro.

L’analyse des sols sur les ordinateurs des agriculteurs

L’analyse des sols sur les ordinateurs des agriculteurs

La chambre d’agriculture de l’Aisne a recruté un jeune ingénieur chargé du projet "Conseil assisté par les nouvelles technologies de l’information en agriculture" (Cantia), appliqué à la carte des sols. L’ingénieur a déjà mis en ligne quelque 720 000 hectares de surfaces agricoles et forestières. Les agriculteurs axonais vont pouvoir consulter cette carte interactive sur ordinateur, un outil qui leur permettra de consulter des analyses immédiates concernant la nature du sol de leurs champs, qui plus est compréhensibles par tous.

Les entreprises prête pour le chantier de la Citadelle

Les entreprises prête pour le chantier de la Citadelle

La ville d’Amiens, Amiens Métropole et Renzo Piano Building Workshop, le maître d’oeuvre avaient conviés à une réunion d’information les entreprises intéressées pour travailler sur le chantier de la Citadelle. En tout ce sont 43 lots qui composent l’appel d’offre qui sera lancé le 17 octobre.

Le sénateur et président du conseil général de l’Aisne Yves Daudigny (à droite) et Jean-Jacques Thomas qui fut son premier vice-président.

Moins de capacités d’investissement dans l’Aisne

A l’occasion de sa séance de rentrée qui fut très animée, le conseil général de l’Aisne a finalement réduit de 5,4 % sa capacité d’investissement sur la période 2012-2014. Son plan pluriannuel d’investissement (PPI), présenté à sa création comme le moteur d’appoint de l’économie axonaise, se dégonf…

6 mars 2012, le Sénat, la chambre haute représentant les communes (et donc les territoires), a conduit une enquête en ligne et sur papier auprès des élus français (municipaux, départementaux et régionaux) afin de connaître leur perception de la décentralisation. Et 19 364 d’entre eux ont bien voulu répondre à celle-ci. Elle était censée préparer les futurs débats des Etats généraux de la démocratie territoriale que le Sénat organise à Paris les 4 et 5 octobre. Car, de cette vaste consultation nationale et des travaux non moins nationaux des états généraux, doit découler une proposition de réforme territoriale des collectivités. Mais voyons d’abord sur quels enseignements généraux l’enquête préalable du Sénat auprès des maires français a abouti. « Des attentes fortes émergent, précisent les sénateurs. En particulier à l’égard de l’adoption d’un statut de l’élu rassemblant l’ensemble des droits et obligations déterminés par la loi. » On notera que 89 % des élus interrogés jugent « utile et indispensable » le statut de l’élu. Peu d’élus axonais présents L’enquête sénatoriale indique aussi que les élus consultés « attendent davantage de concertation et de coordination, autant entre l’Etat et les collectivités qu’entre les collectivités elles-mêmes ». Si les élus français attendent en outre un allègement de certaines contraintes législatives et règlementaires (urbanisme et marchés publics), « ils aimeraient davantage pouvoir compter sur l’intercommunalité pour mutualiser des moyens ». Pour préparer la consultation nationale des 4 et 5 octobre à Paris, deux sénateurs de l’Aisne (l’UMP Antoine Lefèvre et le PS Yves Daudigny) ont invité, le 22 septembre à Chauny, les élus de l’Aisne à s’exprimer sur l’exercice de leurs mandats et l’organisation à venir des collectivités territoriales. Beaucoup à mots couverts Peu d’élus axonais ont cependant assisté aux débats : une trentaine alors que l’Aisne compte 816 communes. Une demi-journée durant, les élus présents ont surtout discuté de deux thèmes capitaux des Etats généraux : l’élaboration d’un statut de l’élu et l’éventuelle suppression du département qui ne se justifierait plus avec le développement de l’intercommunalité et de régions plus étendues et plus fortes de compétences. Les élus axonais, dont Xavier Bertrand, le député-maire UMP de Saint-Quentin, ont tous souhaité bénéficier rapidement d’un statut juridique de l’élu « afin qu’il soit protégé dans l’exercice de ses fonctions ». Quant à la suppression du département, les maires de l’Aisne s’accordent sur un point : « L’intercommunalité étant nécessaire à l’intérêt du pays, la question de la pertinence du département est désormais cruciale. » Mais aucun des élus présents à Chauny ne s’est prononcé de vive voix pour la suppression du département, lequel a été farouchement défendu par le sénateur Yves Daudigny, président du conseil général de l’Aisne, et ses collègues conseillers généraux. Pourtant, beaucoup dans l’Aisne suggèrent, à mots couverts, qu’il faut en discuter et simplifier le mille-feuille des représentations et des pouvoirs territoriaux. Seul le sénateur UMP Pierre André, dans une lettre ouverte aux élus de l’Aisne, « se déclare pour la suppression du département et pour un nombre limité – une petite dizaine – de régions ». Le lecteur attentif de l’enquête sénatoriale notera avec intérêt qu’elle évite soigneusement d’interroger les élus consultés sur l’avenir du département mais qu’elle souligne « que le principe de l’expérimentation locale est plébiscité : une large majorité d’élus approuve l’idée de tester les réformes des collectivités territoriales avant de les généraliser ». Yves-Marie Lucot Le sénateur et maire de Laon Antoine Lefèvre (à g.) et le sénateur et président du conseil général de l’Aisne Yves Daudigny.

De quelle réforme des collectivités vont-ils discuter ?

Les 4 et 5 octobre, le Sénat organise à Paris les Etats généraux de la démocratie territoriale. Ils vont préparer une réforme des collectivités, notamment une réforme que les Français souhaitent depuis longtemps sans jamais la voir venir : la simplification du mille-feuille. Les sénateurs de l’Aisn…

Philippe Marini, maire de Compiègne, et président de l’ARC.

Point sur le développement du Compiégnois

Fidèle à la tradition, Philippe Marini a consacré sa conférence de presse de rentrée au développement économique de Compiègne et de l’Agglomération de la région de Compiègne (ARC). Les implantations d’entreprises se poursuivent à un bon rythme, marquant ainsi le dynamisme du territoire malgré la cr…

Jean-Pierre Heu est le vice-président de la communauté de communes de la Picardie verte en charge de l’économie et du développement durable.

Un Fisac en Picardie verte

La communauté de communes de la Picardie verte va lancer en début d’année un fonds d’intervention pour les services, l’artisanat et le commerce (Fisac) à destination des artisans et commerçants. A cette occasion, nous avons réalisé un tour d’horizon de la santé économique de cette communauté de com…

Le département de l’Aisne possède 57 collèges dont 47 ont été, sont ou seront rénovés.

L’Aisne investit fort dans le second degré

Le conseil général de l’Aisne poursuit son plan d’investissement pluriannuel de 183 M€ dans les collèges. Ce plan consiste à construire deux établissements et à en rénover et en rééquiper quarante-sept autres. Si l’enseignement est le deuxième poste d’investissement annuel du conseil général de l’A…

Les Amiénois ont jusqu’à la fin du mois pour participer à cette e-concertation.

Amiens Métropole organise une e-concertation aquatique

Depuis le 3 et jusqu’au 30 septembre, les Amiénois sont appelés à s’exprimer sur Internet sur leurs besoins et leurs envies pour l’équipement de la quatrième piscine qui verra le jour en 2015 à l’ouest d’Amiens.   Les Amiénois ont jusqu’à la fin du mois pour participer à cette e-concertation.…